Interview de Brigitte Pfister, Endocrinologue

Le Dr Brigitte Pfister est médecin endocrinologue à la Clinique de l’Étoile d’Aix-en-Provence. Spécialiste de la Procréation Médicalement Assistée (PMA), elle vient d’être diplômée en santé et environnement.

Bonjour Docteur, Combien de temps met-on normalement pour tomber enceinte ?

Une femme a normalement une chance sur quatre de tomber enceinte. Quand tout se passe bien, on peut donc s’attendre à avoir un petit bébé au bout d’un an maximum. 

Et si passé ce délai, il n’y a toujours rien ? Doit-on s’inquiéter ?  

Il ne faut pas s’inquiéter…mais il vaut mieux aller consulter. Attention, si on sait dès le démarrage du projet bébé qu'on a un problème x ou y, qu’on a plus de 33 ans, si on est particulièrement anxieuse, dans ces cas-là, il est préférable de consulter tout de suite. On vérifie alors que tout fonctionne bien, qu’il n'y a pas de soucis au niveau des ovaires, du spermogramme, des trompes. Dans la plupart des cas, cela rassure et vous met dans des conditions optimales pour concevoir ! 

Dans quelle situation parle-t-on d'infertilité ?

On est qualifié d’infertile lorsque l’on essaie de concevoir depuis plus d’un an et qu’il n’y a pas de résultat. Pour ces couples, on identifie souvent des anomalies à différents niveaux : sperme, trompes ou ovulation.

Mais, ces problèmes peuvent être traités ? Infertilité ce n’est pas la stérilité ?   

Évidemment ! Nous détestons le mot « stérilité ». Nous aimons mieux parler d’infécondité. Cela permet de rester positifs. D’ailleurs, dans la grande majorité des cas d’infertilité, nos patientes repartent finalement avec leur petit bébé !

Ces dernières années, avez-vous remarqué une augmentation des cas de consultation pour infertilité ?  

Oui, les consultations pour infécondité augmentent. Nous avons de plus en plus de demandes de PMA. Actuellement, je crois qu’environ 3% des enfants nés en France sont conçus grâce à la médecine. C’est un nombre important. 

Peut-on faire le lien entre ces cas d’infécondité et les perturbateurs endocriniens cachés dans notre environnement ?

Je suis convaincue qu’il y a un lien. Des études ont été faites sur des grandes cohortes de patientes et tendent à le démontrer. On a découvert aussi des anomalies dans la faune. Par exemple, chez les mouettes qui étaient près du lac Ontario, on s’est aperçues qu’elles se féminisaient. Les poissons également. Donc dans la faune, on sait qu’il y a une féminisation. Chez l’humain, on sait qu’aujourd'hui il y a une diminution du sperme et un vieillissement ovarien prématuré. On peut mettre ces phénomènes en rapport avec les perturbateurs endocriniens. Tout ceci bien entendu est relatif, mais on est arrivé à montrer que les perturbateurs endocriniens ont un rôle dans l’infécondité. Avant de concevoir, il est important de penser à faire une consultation pré-conceptionnelle pour essayer d’éliminer tous ces perturbateurs !

Qu’est-ce que c’est qu’une consultation pré-conceptionnelle ?

C’est une consultation lors de laquelle les jeunes femmes, avant de concevoir, apprennent comment éliminer un maximum de perturbateurs hormonaux. On les informe sur les bonnes pratiques en cuisine, dans la salle de bain, etc.

Interview réalisée par Zou ! Communication le 2 novembre 2019