Retour
Les couches toxiques : un sacré cocktail

Une première étude de l’association 60 Millions de consommateurs avait mis le feu aux poudres en février 2017. D’autres résultats publiés, puis un rapport de l’Agence de Sécurité Sanitaire (ANSES) de janvier 2019 ont achevé de nous convaincre : on trouve vraiment n’importe quoi dans les couches pour bébés !

Lisez plutôt :

  • des allergènes ;
  • du formaldéhyde ;
  • des traces de dioxines, de PCB et de furanes ;
  • des traînées de HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques).

Vous ne savez pas ce que recouvre tous ces termes ? Retenez que leur potentiel toxique a été prouvé par des études scientifiques et qu’ils sont notamment classés cancérigènes probables ou possibles par les autorités. Pourtant, ils se retrouvent dans de nombreuses marques de changes pour bébés. Certes, il s’agit de concentrations minimes par rapport aux seuils fixés par la loi (quand de tels seuils existent) mais, lorsqu’on sait que les jouets, les vêtements, les aliments, les produits de toilette (lingettes…) contiennent eux aussi des substances à risques, on devine que le cocktail prend de belles proportions.

Les parents qui achètent des couches pour leurs enfants savent rarement de quoi celles-ci sont faites. On y trouve majoritairement de la cellulose (fibre de bois) et surtout des matières plastiques, par exemple du polypropylène (=du plastique).

Les risques des couches toxiques pour bébé

Les bébés qui viennent de naître ont un organisme encore déficient. Ils sont loin d’avoir achevé leur développement. Celui-ci dure bien des années, dont les plus cruciales sont justement celles pendant lesquelles ils portent des couches. Les jeunes enfants sont donc très sensibles aux molécules toxiques. Celles-ci peuvent migrer dans l’urine et agresser fortement l’épiderme. Il en résulte des pathologies cutanées nombreuses et variées, de la simple irritation à la dermatite infectieuse ou inflammatoire en passant par les allergies ; Que l’on soigne en général en appliquant sur les fesses de nos bébés des lotions, crèmes, laits qui ne sont pas forcément exempts de tout reproche. Un cercle vicieux ?

Il y a aussi les perturbateurs endocriniens, que l’on retrouve dans de nombreux plastiques et qui ont un impact nocif sur le système hormonal. Les enfants sont particulièrement démunis face à leurs attaques. Cela peut se traduire dans les cas les plus extrêmes, par des retards de croissance ou une puberté précoce, des malformations, des effets sur la maturité émotionnelle ou les capacités de concentration. Les effets des substances nocives ne sont pas forcément immédiates : elles ont parfois des délais d’action très longs.

Le principe de précaution s’impose donc.

Comment choisir le change de bébé ?

C’est un vrai dilemme pour les jeunes parents, les mères et les pères soucieux du bien-être et de la santé de leur enfant. Comment faire le tri entre les marques, les labels, les promesses des fabricants ? Il est devenu difficile de faire confiance, d’autant plus que les dernières études et rapports brouillent nos repères.

Le réflexe que vous devez donc avoir lorsque vous faites vos courses pour bébé est de vérifier la composition des produits. Depuis avril 2019, la DGCCRF impose aux fabricants d’inscrire leur liste d’ingrédients sur leur site internet, et depuis septembre 2019, sur leurs paquets de couches. Il faut donc aller vérifier et écarter toutes celles qui s’autorisent encore des substances litigieuses.

  • Les lotions ? Sont-elles vraiment indispensables ? Les lotions sont ajoutées par certains fabricants dans les couches pour éviter les irritations liées au plastique. Il s’agit du Petrolatum (gelée de pétrole) classé rouge par Inci Beauty. À éliminer, donc !
  • Pour ce qui est de la composition, privilégiez la cellulose certifiée naturelle TCF, c’est à dire non blanchie aux chlore et dérivés de chlore. Bannissez aussi le plastique à base d’hydrocarbures et préférez-lui ce que l’on appelle les éco-plastiques constitués de matières organiques (amidon de maïs, de canne à scure, de betterave, de pomme de terre, …). Préférez donc un voile en contact avec la peau de bébé en amidon végétal (100% d’origine naturelle) à un voile en plastique (polypropylène).
  • Listez tous les éléments contenus dans la couche. Aucune substance toxique n’est indispensable. Chez Love and Green, les couches proposées s’en passent parfaitement et sont  véritablement écologiques !