Retour

Les pleurs du nourisson sont une source d’inquiétude et de questionnement très importante chez les jeunes parents : pourquoi bébé pleure-t-il ? A-t-il faim ? A-t-il mal quelque part ? Comment calmer un bébé qui pleure ? Vous vous dites peut-être que vous avez mal fait ou mal compris quelque chose ? Rassurez-vous : la plupart du temps les pleurs de votre bébé sont uniquement l’expression de ses besoins que vous arrivez facilement à comprendre au fil du temps. Faites-vous confiance. Voici quand-même quelques éléments pour vous aider à surmonter vos craintes et vos interrogations.

Faut-il laisser votre bébé pleurer ?

Un bébé n’a pas la parole mais il peut très rapidement donner de la voix pour se faire entendre ! Au début de son existence, après une période de quelques mois dans le ventre de sa mère où tous ses besoins étaient comblés, un enfant n’a d’autre choix s’il veut attirer l’attention de son entourage que de pleurer.

Les pleurs font pourtant partie intégrante du développement normal d’un bébé qui n’a que ce moyen pour exprimer ses besoins et essayer de communiquer avec vous dans les premiers mois de sa vie. Les pleurs du nourisson seraient en augmentation à partir de l’âge d’une semaine, à leur summum entre l’âge de 6 et 8 semaines, avant de baisser et de se stabiliser vers 5 mois.

Vous trouverez aisément comment calmer votre bébé si vous abordez sereinement ces premiers mois souvent difficiles, surtout pour les jeunes mamans qui ont pu accumuler de la fatigue. Il convient sans doute de changer votre propre regard sur les pleurs de votre bébé et de rechercher votre apaisement en premier lieu. Tenter de calmer les pleurs du nourrisson si l’on est soi-même agité ou dépassé a peu de chance d’aboutir.

Quant à l’idée très répandue en Occident pendant longtemps selon laquelle il faudrait laisser pleurer les bébés : oubliez-la de grâce. Il est convenu aujourd’hui qu’un enfant n’est pas capricieux et ne le devient pas si on le prend dans ses bras dès qu’il pleure. Bien au contraire. Le laisser pleurer l’affaiblit et le met dans une position d’insécurité qui peut avoir des répercussions parfois dramatiques sur sa santé et son développement.

Il n’y a pas de recette miracle pour savoir comment calmer un bébé qui pleure : suivez votre instinct en analysant la situation le plus sereinement possible : dans la majorité des cas les pleurs seront vite apaisés.

Les causes les plus fréquentes des pleurs du nourrisson

Il est quasiment impossible d’identifier une cause précise aux pleurs du nourrisson mais vous comprendrez au fil du temps comment le réconforter en éliminant les unes après les autres, parfois instinctivement et sans y réfléchir, les causes probables de cette manifestation parfois très bruyante…

  • La couche de bébé est-elle propre ? Imaginez-vous l’inconfort ressenti par votre enfant si sa couche est sale, d’autant plus si sa peau rougit et pique rapidement au contact des souillures ? La solution est donc simple et « compte triple » : le simple fait de retirer la couche sale est un soulagement pour bébé ; le change est une occasion de se faire câliner et de communiquer avec vous, ce qui finit de le calmer et de le détendre complètement ; enfin le doux contact avec des couches de qualité apaise ses fesses irritées.
  • A-t-il faim ou soif ? Eh oui pleurer est sans conteste un très bon moyen pour votre bébé de vous signifier que c’est l’heure de la tétée ! Il vous fera vite comprendre si c’était bien parce qu’il avait faim qu’il pleurait ou s’il faut chercher une autre explication…
  • Fait-il trop chaud ? Vous faites le plus souvent en sorte que votre bébé ne prenne pas froid lorsque vous êtes de sortie mais vous ne vous rendez pas toujours compte des situations où il a au contraire trop chaud, ce qui peut le mettre très mal à l’aise et le faire pleurer. Il n’est généralement pas nécessaire de dépasser 18 à 19 °C dans sa chambre et de trop le couvrir à la maison.
  • Les coliques du nourrisson : le système digestif met un peu de temps à être complètement mature et la posture dans laquelle est nourri un bébé peut provoquer des gaz et de la constipation. Cet inconfort digestif s’exprime généralement par certains types de pleurs que vous reconnaissez facilement et qui sont soulagés en quelques instants lorsque les gaz sont évacués. Vous pouvez aider votre bébé en lui massant délicatement le ventre après la tétée.
  • La fatigue : vous devez bien connaître cet état d’épuisement lié aux allers et venues des proches, aux bruits et aux activités du quotidien, aux repas et aux changes ? Eh bien votre bébé aussi « craque » de temps en temps face à l’agitation à laquelle il n’était pas habitué dans le ventre de sa maman et ses pleurs peuvent tout simplement être l’expression de son besoin d’être au calme. Sautez sur l’occasion pour aller vous reposer vous aussi…
  • La poussée des dents : à partir de l’âge de 5 mois, si votre bébé salive abondamment, a les joues rouges et les gencives enflées, pas de doute ce sont les dents qui le travaillent. Un anneau de dentition pourra l’aider à se détendre et lui faire du bien en massant sa bouche.
  • Les « pleurs du soir »: mélange de coliques du nourrisson et d’angoisse de séparation, cette crise de larmes qui se reproduit chaque jour à la tombée de la nuit est difficile à gérer pour des parents qui ont déjà accumulé la fatigue de la journée. La meilleure solution ici est de se relayer entre parents pour consoler bébé ou faire intervenir une tierce personne qui dégage plus de sérénité !
  • Les problèmes gastriques : les bébés souffrent parfois de problèmes digestifs. Les reflux gastro-œsophagiens sont douloureux et le font pleurer. Adressez-vous à votre pédiatre pour traiter ce problème et convenir des bons gestes en cas de douleurs.
  • Les pleurs s’accompagnant d’autres symptômes : dans 5% des cas, les pleurs du nourrisson peuvent révéler un problème médical. Vous constaterez généralement que votre bébé ne pleure pas comme d’habitude et cela vous alertera. Vous pourrez également remarquer d’autres symptômes associés qui vous convaincront de faire appel à votre médecin, notamment si votre bébé a de la température, s’il devient très pâle, si ses muqueuses sont très rouges, s’il pleure en ayant la bouche grande ouverte, s’il n’a plus d’appétit ou s’il perd du poids.

Consoler bébé en le prenant dans vos bras : les pour et les contre

Faut-il prendre bébé dans ses bras quand il pleure ? La réponse est définitivement OUI !

A moins d’être vous-même trop désemparé-e et stressé-e face aux pleurs de votre bébé (auquel cas vous ne parviendrez pas à l’apaiser et les pleurs vont au contraire s’intensifier), le contact est essentiel pour consoler votre bébé, quelle que soit la raison pour laquelle il pleure.

Il ne s’agit pas obligatoirement d’arrêter ce que vous êtes en train de faire pour le prendre dans vos bras et focaliser votre attention sur lui : vous pouvez le placer sur votre ventre ou dans votre dos pendant que vous êtes affairé-e à autre chose. La majorité des études pédiatriques récentes sur le maternage intensif montre que les bébés qui sont portés la majeure partie du temps, jusqu’à 80 % de la journée, se calment beaucoup plus rapidement que les bébés qui ont peu de contacts physiques avec leurs parents.

Bien sûr il s’agit de savoir s’adapter au cas par cas à ce qui est le plus confortable pour chaque membre de la famille et au type de maternage qui correspond le plus à l’enfant comme aux parents. Un sur-maternage peut aussi être angoissant pour certains bébés.